Chère amie poète,

Comme souvent, j’ai commencé par feuilleter ton admirable étonnant : « Offre-moi ce OUI » avant d’écouter le CD, permets donc au plumitif rustique et livresque que je suis de l’avoir regretté. Avec ce fond sonore délicat, ta voix plane au-dessus des mots, à l’éventail des pensées, avec les caresses et la rigueur du vent dans la chevelure des frémissants peupliers. Elle module le sens d’un verbe, s’arrête, augmente ou diminue comme pour remplacer la ponctuation et la versification manquant à l’écrit.

Ta poétique inspiration, musicalement embaumée, apporte à ce florilège la grâce et la spiritualité qui manque à la poésie contemporaine, même versifiée.

C’est du théâtre, de l’opéra, un magnificat !

Tu le sais, je ne suis guère lyrique ayant toujours chevauché l’espoir épée au vent ; quand je fais halte, il faut me pardonner de n’aimer que ce qui _ force mon admiration !

En seconde écoute j’ai bien aimé : « J’ai trop de musique dans la tête », « De la nuit bleue à la pluie d’or », « Magie secrète » et « Offre-moi ce Oui »…

Ton chant honore nos retrouvailles montmartroises, accepte avec ces hommages respectueux et sincères, mes amicales pensées.

 

                                                                                   Roland Jourdan (septembre 2014)

                                                                                       Club de Poésie montmartroise

                                                                                            Poète et chroniqueur