Rosetta
au noir prénom dérobé à la pierre de Rosette
_ telle que ne le souligne guère ce tendre patronyme

    Rosetta
mère porteuse, engrossée du savoir-faire des astrophysiciens,
pressée de larguer depuis, le fruit de tes métalliques entrailles
lestées par trente années de gestation et des milliards
de rotations stellaires

à quoi bon livrer ce bébé à une frêle embarcation
escarpée, glaciaire qui ne lui a ouvert les bras
que pour les refermer sur les réponses exigées
par les vaniteux terriens que nous sommes
toujours en quête d’insensées interrogations ?

    Rosetta
intrépide mais attentive mère, fut-il si lourd à trimballer
ce petit Philae inquiet du natif mystère de la vie
et des navigations solaires, pour que tu l’aies largué
sans larmes ni regrets, sur ce drôle de caillou
docile ou tourmenté, selon qu’on s’y sait ou s’y voit projeté,
prénommé de ce fraternel diminutif  : Tchouri, la Comète.

    Jeannine Dion-Guérin

 (12/11/2014,
jour où Philae s'est posé sur la comète)