À L’ORÉE DU COUCHANT

 

Un souffle mystérieux

Caresse le sable,

Esquisse le poème de nos pas,

Empreintes légères gravées

À l’écho de deux voix.

Derrière moi,

Le vent a déjà effacé les traces

Mille fois écrites

Sur le parchemin de ma vie.

Je ne me retourne pas.

Capitaine lucide en partance

Vers un pays des sens révélés,

Je dessine un voyage en devenir,

Rêve ineffable

D’une réalité pensée,

Indicible.

De petites gouttes cristallines me pénètrent,

C’est une rosée qui effleure le cœur et l’âme,

Nourrit la fleur fragile,

Aux racines infrangibles.

Essences à la fragrance d’un instant,

La myrrhe et l’encens ont un goût d’éternité.

Rencontre inespérée

Du Petit Prince dans le désert ocré,

À l’orée du couchant.

 

Nicole Portay

Poétesse

Déléguée BDR de la Société des Poètes Français

www.societedespoetesfrancais.eu

www.societedespoetesfrancais.net


 

mise en ligne de cette page : 1.02.2018 par Nathalie Cousin.