Toujours l’attache d’une feuille inquiète

            à la branche vermoulue, fervente à ne pas renoncer

            Toujours l’audace festive d’une mésange à casquette huppée

            l’insolence d’une pie clamant sa faim , l’entêtement d’une corneille

            en l’anonymat des gris délavés de l’hiver

            Toujours les turbulences d’une aile à déployer adoptant

            d’un ciel placide les courants discrets des palmes d’ascendance

            Toujours une cache d’invertébré aguichant l’œil

            de quelque merle trop empressé à l’exterminer

            Il y aura toujours, du moins j’ose l’espérer,

            ces tout petits riens et leur timide brasier à ranimer

            dans les houles pernicieuses de nos petits matins

            Leur humilité renouvelle l’appétit que nous avons à vivre

            Alors, à quoi bon s’attrister !

Jeannine Dion-Guérin